Admin

Fondamental: la vraie ergonomie

Le cabinet d’un dentiste moderne doit pouvoir offrir à celui-ci, instantanément et commodément, toutes les informations nécessaires pour pouvoir juger et réagir en conséquence, quelles que soient les circonstances. C’est l’interface homme/machine qui permet au cerveau d’étendre ses capacités pour le contrôle d’un environnement extraordinairement complexe et non naturel pour l’être humain.

Inconsciemment, le cerveau rejettera tout se qui fait souffrir, en réel ou virtuel. La vraie ergonomie et celle qui vous permettre de bouger, de comprendre rapidement et d’agir rapidement et sans effort. Chacun est différent, et doit pouvoir ressentir ce qui est bien ou pas pour son confort et son efficacité. Pour cela, nous nous sommes appuyé sur les normes de la SAE (Society for Automotive Engineers) et ARP (aerospace recommended practice) .

Les règles minimales portent sur :

  • la capacité d’atteindre les contrôles et informations sans effort à partir d’une position de référence (assis au bureau, assis au fauteuil en équilibre postural, ou debout prêt du patient, les yeux du chirurgien occupant une position oculaire de référence)
  • la visibilité et compréhensibilité des informations sans effort
  • les communications orales aisées à l’intérieur du cabinet
  • facilité de dépannage en situations anormales

Les éléments d’un Cabinet Dentaire

 L’agencement du cabinet comprend en général les éléments suivants :
– le poste au fauteuil, avec les divers plans et instruments de travail, le patient , la source de lumière
– le bureau, qui doit favoriser un lieu d’échange et de communications, sans que l’un des interlocuteurs ne se sente en position inférieure.

Le poste PC doit s’effacer de cette communion patient/praticien.

On peut aussi parfaitement se passer du bureau, puisque le PC moderne n’a nul besoin de contrôles style clavier ni de souris.

L’affichage tête basse serait un élément à envisager.

Une multitude d’instruments

Dans un cabinet classique, on recense plus de 100 instruments et commandes, extrêmement diversifiées. Tous en concurrence à l’attention du praticien. L’aéronautique travaille sur des dispositifs de visualisation capables de traiter les informations brutes afin de les intégrer en une image synthétique facilement compréhensible. C’est notre but.

Le tactile entre également dans le cabinet, fournissant aux praticiens de nouveaux moyens d’interaction, associés à la disparition du clavier et souris, anti-hygiéniques au possible.

Vous devez être connecté pour publier un commentaire